Home Fouilles I Fouilles II Förderverein Aktivitäten Aktuelles Galerie Information Kontakt: Impressum
Römisches Forum Waldgirmes e.V.
© Förderverein Römisches Forum

Fouilles II

Urbanisation intérieure du site romain de Waldgirmes

Le site est desservi par deux routes. Une route directe reliait la porte est à la porte ouest, et une autre route partant du centre déviait vers le sud. Il a été prouvé que les routes étaient traversées en leur milieu par des fossés remplis d'eau. Les routes et le bâtiment au centre séparent l'espace intérieur en quatre parties, dont les deux plus vastes zones au nord n'ont pas encore été totalement construites. Les différents types de bâtiments et leur disposition se différencient fortement de l'urbanisation intérieure des camps militaires érigés sous Auguste à la même époque ou de la parcellisation en forme de bandes des voies romaines. À l'exception de cinq bâtiments ou parties de bâtiments, l'ensemble des constructions découvertes jusqu'ici ont été détruites par l'incendie, tout comme la fortification. L'urbanisation intérieure était orientée sur le tracé des routes ; au nivau de la route plus large s'étirant de l'est à l'ouest, la majorité des constructions découvertes jusqu'ici possédait des portiques. Dans le quart sud-est, on trouvait les constructions 1a à 1c et 2 à 4, le complexe de bâtiments 2 devant vraisemblablement être subdivisé en trois bâtiments différents au minimum. Grâce à la répartition du bâtiment, l'urbanisation du quartier dégage une impression de bloc, qui rappelle les cités urbaines insulaires. Dans le quart sud-ouest opposé, les bâtiments 10, 14 et 15 étaient alignés sur la route. Derrière, se trouvaient les bâtiment16, 18 et 19, les portiques au nord des deux bâtiments 18 et 19 se trouvant à la hauteur de la face nord des bâtiments 1a-1c. La zone vers la route était urbanisée en deux phases. La maison 20 a été démolie sans avoir brûlé et la zone à l'ouest du bâtiment 15 et au nord des maisons 18 et 19 est séparée par une clôture ou une palissade. La situation d'urbanisation dans la plus vaste moitié nord semble moins claire. Les surfaces les plus complètes ont été étudiées jusqu'ici dans le nord-est et ont mis au jour les bâtiments 5, 6, 8a, 8b, 9 et 13. La question est de savoir s'il s'agit, dans le cas des traces d'enfouissement des poteaux recensées sous le bâtiment 7, véritablement d'un bâtiment ou seulement d'un dépôt de matériel non clôturé ou d'un terrain à bâtir. Parmi les six bâtiments restants, trois ont déjà été démolis par l'incendie avant la fin du site complet (5, 9 et 13).

Le forum romain de Lahnau-Waldgirmes

Le grand bâtiment de 54 m par 45 m situé au centre de la cité revêt une importance particulière pour l'interprétation relative à la création de la ville. Ses fondations se composaient de murs de pierre de 40 à 45 cm de large, parfois obtenus par la superposition de trois couches en hauteur, dont l'injection de mortier initiale était encore partiellement visible. Sur ce mur d'embase, le bâtiment a été érigé en éventail. Trois ailes de 6 m de large chacune encerclaient à l'est, au sud et à l'ouest, une cour intérieure mesurant 32 m sur 24 m, qui était fermée au nord par une grande halle de 45 m sur 12. Dans son axe longitudinal, s'étendait initialement une rangée de dix poteaux massifs, dont quatre étaient posés dans des trous dédiés. Les autres reposaient sur des fondations carrées en pierre de 0,5 m de large.           Vue aérienne des fondations en pierre du forum romain près de Waldgirmes   Trois annexes se situaient sur la partie longitudinale de la halle au nord. Une vaste salle centrale carrée de 100 m2 est encadrée par deux apsides mesurant chacune 6 m de large et de profondeur. Les bâtiments annexes relient la construction centrale de Lahnau-Waldgirmes aux installations du forum de la République ultérieure et de l'Empire préalable. Il s'agit dans ce cas de places, sur lesquelles un côté est occupé par une basilique transversale au forum, qui possède la plupart du temps une ou plusieurs annexes. Dans ce contexte, la basilique est l'ouvrage dominant sur la place. Il manque un temple face à la basilique. La fonction des annexes se situait dans le cadre de l'auto-administration municipale.        Fondations en pierre des absides                                         du bâtiment annexe Pour la construction annexe centrale à Waldgirmes, on conçoit aisément une interprétation comme cour / petit sanctuaire d'Auguste, tandis que les deux apsides en encadrement auraient pu devenir d'autres espaces administratifs ou tribunaux.

La statue du cavalier

Le site des fouilles de Waldgirmes se caractérise également par les fragments d'une statue en bronze dorée grandeur nature. Au total, on a pu découvrir jusqu'ici 17 fragments, de très petite taille pour la plupart. Un fragment qui a été mis au jour durant la campagne de fouilles de 1997, surprend de par sa taille et son ornement. Il mesure environ 40 cm de long, est légèrement coudé et a une seule arête cassée sur un petit côté. Sur la face avant, on peut observer un sarment relativement important, duquel jaillissent des fleurs à intervalles réguliers.                                                          Parties en bronze recouvertes d'or de la statue du cavalier Durant la campagne de l'année 2000, le fragment le plus important de la statue du cavalier révélé à ce jour a été découvert. Il s'agit d'une partie d'un métatarse du cheval, qui est cassé au-dessus du sabot. Cette trouvaille confirme l'hypothèse qu'il s'agit d'une sculpture grandeur nature. Jusqu'alors, ce fait a uniquement été directement corroboré par la partie du poitrail qui a été découverte. Si l'on se base sur l'étendue supérieure du fragment, une bonne comparaison est établie, par ex., avec les chevaux de San Marco. Le fragment a été retouché avant la dorure, sur une face uniquement, ce qui donne une indication claire d'une seule face visible. Dans le cas de la pièce de Waldgirmes, il s'agit incontestablement d'une jambe posée, en raison du sabot fendu. L'étendue du paturon, ainsi que les travaux à froid sur une face, indiquent qu'il s'agit de la jambe arrière droite.

Bâtiments d'habitation du site romain

Les bâtiments 1a-c, 5, 18 et 19 doivent être interprétés comme des habitations exigeantes. L'entrée se situait entre deux pièces rectangulaires de mêmes dimensions. Elle conduisait à une vaste pièce quasi-carrée au centre de la maison, encadrée de pièces plus étroites. Une rangée de pièces à l'arrière terminait le bâtiment, lesquelles, dans le cas des bâtiments 1a-1c et 19, étaient conçues de manière identique, tandis que pour les bâtiments 5 et 18 une répartition légèrement modifiée des espaces était observée dans cette zone.                   Extrait de carte des bâtiments  1a-c                                                                    Extrait de carte des bâtiments  5 En raison de son plan plus vaste et d'un portique périphérique parcourant les quatre côtés, la maison 18 se démarque de ce groupe de bâtiments. Là, une distinction sociale entre les habitants de Waldgirmes a pu être observée pour la première fois.

Communs

Les bâtiments peuvent être regroupés en fonction des différents groupes fonctionnels. Des bâtiments d'exploitation purs étaient les réserves 3 et 12, ainsi que les deux hangars 9 et 13. Tandis que l'exploitation initiale du bâtiment 9 n'est plus à démontrer en raison de l'urbanisation ultérieure de sa partie ouest avec le bâtiment 8, seules trois cuves enfouies, obtenues par coloration de la terre, et le hangar 13 témoignent d'une utilisation artisanale.                                                                        Section de carte des Bâtiments 3, 9 et 13 Un autre groupe de bâtiments se caractérise par les espaces rappelant les tavernes, ouverts sur les routes. Il s'agit des bâtiments 2a-c, 4, 8a et b, 10, 11b, 14, 15 et 17. Ce groupe ne se composait pas de types de maisons homogènes, mais pouvait être davantage structuré. Pour les bâtiments étroits 4, 8b et 17, une interprétation s'avère difficile en raison de l'urbanisation partielle ou de sa médiocre con-servation. Seulement dans le cas du bâtiment 8b, une relation apparaît vraisemblablement avec le four de potier T1 voisin. Les deux maisons 8a et 15 de dimensions identiques étaient dotées d'un toit en pente et avaient pignon sur rue. La fonction du bâtiment 8a n'est pas claire ; deux fossés reliés dans le portique à l'est du bâtiment 15 parlent ici en faveur d'une activité artisanale.                                                              Section de carte des Bâtiments  2, 4, 8a, 8b, 10, 11b, 14, 15, 17 Le bâtiment 10 situé directement à l'ouest de la déviation de la route reposait principalement sur des poteaux individuels et a été transformé au moins une fois. Seuls les poteaux de la paroi extérieure à l'ouest, ainsi qu'une paroi intérieure, reposaient dans des fosses dédiées aux poteaux. L'extension du bâtiment vers le sud ne peut pas être déterminée à l'heure actuelle, car un entrepôt de matériaux de construction moderne se trouve dans cette zone.                                                                             Section de carte des Bâtiments 10 Le remaniement des trois bâtiments ou complexes de bâtiments suivants n'est pas encore terminé. Cela s'applique notamment pour la question de savoir s'il s'agit, dans le cas de ces constructions, d'un plus grand bâtiment individuel ou de plusieurs maisons juxtaposées. Le grand bâtiment 2 mesurant 60 mètres sur 12 était doté d'un portique au nord et à l'ouest, et il était divisé en trois parties (2a à 2c) au minimum. Avant la construction, le terrain a été partiellement aplani et les fosses pour poteaux de la partie centrale ont été creusées dans cette couche aplanie. Des différences apparaissent également dans la construction des trois parties. Dans la partie ouest, les différents poteaux reposaient à intervalles réguliers et à une profondeur quasi-identique dans les fosses d'implantation des murs. Au contraire, la partie est (2a) reposait sur des poteaux massifs profondément enfouis, tandis que les parois intermédiaires étaient plus légères et implantées à intervalles irréguliers entre les poteaux. Dans la partie est, les espaces étaient ouverts sur la route, tandis que la partie centrale (2b) était orientée vers le sud. Dans la partie est orientée vers l'ouest (2c), la répartition de l'espace tient clairement compte du four de potier T2 installé ici.                                                Potier Des espaces d'habitation ne pouvaient pas clairement être identifiés sur le plan ; en raison des fon-dations, l'hypothèse d'un autre étage , soit pour l'ensemble du bâtiment, soit pour au moins des parties de celui-ci, ne peut pas être écartée. La fonction artisanale du bâtiment est assurée par le four de potier pour la partie ouest, et dans la partie centrale, une cuve enfouie, ainsi que plusieurs fossés, font référence à une fonction similaire. Les grands et larges espaces, complètement ouverts sur la route, pouvaient indiquer une exploitation associée à des charrettes. La question de savoir si les trois parties du complexe de bâtiments peuvent être davantage subdivisées n'a pas encore obtenu de réponse définitive à ce jour.                                                             Section de carte des Bâtiments 2 Le bâtiment 14 mesurait 32 m de long, au moins 12 m de large et était également doté d'un portique au nord. La partie est du bâtiment reposait sur des poteaux individuels, tandis que, dans la partie ouest, se trouvait une rangée de trois pièces ouvertes sur la route.  Une fosse, qui se superposait ici à un fossé d'implantation de mur, témoigne de la transformation de ce bâtiment, au moins une fois également. En raison de l'entrepôt de matériaux de construction rattaché vers le sud, l'extension ultérieure du bâtiment vers le sud ne peut être clarifiée actuellement, de telle sorte que la question de savoir s'il s'agissait de deux maisons individuelles juxtaposées dans le cas des parties dotées de fondations différentes, reste ouverte.                                                                         Section de carte des Bâtiments 14 Le complexe de bâtiments 11 se répartissait entre une partie non brûlée au nord (11a) et une partie brûlée au sud (11b). De vastes cours dans la partie nord indique une exploitation agricole, peut-être sous forme de jardins. Cette exploitation a été abandonnée ultérieurement et la construction inter- rompue, ou elle a ensuite été réduite au grand bâtiment 11b mesurant 22 mètres sur 20. Là aussi, il est encore impossible de savoir si la partie est complètement ouverte sur la route et la partie ouest appartenaient à une seule et même maison.                                                                                    Extrait de carte des bâtiments 11a, 11b

Bâtiments militaires du site romain de Waldgirmes

Les deux bâtiments 20 et 21 à l'ouest du site constituent une particularité. Il s'agit vraisemblablement, pour ces deux bâtiments, d'un baraquement d'équipage avec une entrée en saillie décalée au sud de la route. La largeur de la partie réservée à l'équipage correspond exactement aux doubles baraquements d'Oberaden, de Dangstetten et de Rödgen. L'entrée en saillie a été démolie sans avoir brûlé, tandis que la partie réservée à l'équipage est restée en place jusqu'à l'incendie du site. Après la démolition de l'entrée en saillie, la zone est cependant restée séparée des parties de la cité situées plus au sud par une clôture ou une palissade. La forme antérieure de l'abri des troupe parle en faveur d'une construction tout au début du peuplement de Waldgirmes, tandis que le sort différent de la partie réservée aux officiers et à l'équipage, ainsi que l'absence notable de fossés dans la partie réservée à l'équipage, rendent invraisemblable l'exploitation du complexe de bâtiments comme hébergement des troupes pendant toute la durée de la colonisation. Il appartient probablement à la phase de fondation, au cours de laquelle des routes et une clôture ont été créées par les troupes. Il s'agirait ainsi d'un indice supplémentaire indiquant que le campement à l'est de la cité daterait de l'année 9 après JC.
Fouilles du terrain du forum
Copyright des images des fouilles et des découverte RGK
Plan de la caserne